Quand la gastronomie remplace les médicaments

-par Jocelyna Dubuc, présidente Spa Eastman

Quand la gastronomie remplace les médicaments. Cette phrase vous fait peut-être sursauter… Comment ça la gastronomie pourrait remplacer les médicaments? J’aurais aussi pu écrire « Quand l’alimentation saine remplace les médicaments », mais ce n’est pas très sexy et on est tanné d’entendre qu’il faut manger santé. Ça nous énerve ! Ben oui on le sait ! Mêlez-vous de vos affaires. Il faut bien se gâter après tout! Et, sans s’en rendre compte, on entre dans la roue infernale, goutte à goutte, de l’inflammation silencieuse, qui un moment donné ne sera plus silencieuse. Puis, dès qu’il y a douleur, il y a inflammation. Ça craque de partout : menstruations douloureuses, arthrite, maux de tête, migraine…l’inflammation n’est alors plus silencieuse!

QUEL EST LE BON CARBURANT?

Que faire ? On n’a pas beaucoup de choix si on veut que ce laboratoire unique, qu’est notre corps, roule rondement. Il faut mettre le bon carburant. Mais c’est quoi le bon carburant? C’est vrai que c’est bien compliqué tout ça ce qui est bon, pas bon…on se fait bombarder de partout. À l’âge de 22 ans, parce que j’avais des menstruations très douloureuses, parce que j’avais des douleurs mineures aux articulations, une dame dans un magasin d’alimentation naturelle (oui, oui ça existait en 1969), me suggère de faire une cure. Je ne sais pas de quoi elle parle! Et c’est ainsi que je suis sorti de son magasin avec 2 livres : La cure de raisins de Joanna Brant et Le Jeûne du Dr Shelton. Avec la naïveté, mon ouverture d’esprit du haut de mes 22 ans et ces 2 livres comme guide, c’est comme cela que j’ai fait ma première cure. Deux jours de jeûne et 15 jours de raisins. C’est un peu fou n’est-ce pas? Mais, au bout de 17 jours je me sentais dans une forme exceptionnelle, avec un teint clair, une clarté mentale et je venais d’apprendre ma première leçon sur comment fonctionne le corps: tout ce que je mange ou ne mange pas à un impact. Je suis aussi biochimique.

LES ALIMENTS COMME MÉDICAMENTS

Ma deuxième leçon fut: comment ça se fait que moi qui ai un baccalauréat, qui est éduquée, scolarisée on ne m’a jamais appris quel « carburant » mettre dans mon corps ? On ne m’a jamais appris qu’est-ce qui le fait bien rouler, bien fonctionner. C’est un peu aberrant non? Les recherches nous indiquent de plus en plus que c’est vers les aliments qu’on doit se tourner plutôt que vers les médicaments pour être en forme. Je prends cet espace pour vous expliquer comment j’en suis arrivée à créer une cuisine de bien-être et de bonheur, tout en rendant notre corps en forme, en lui donnant ce dont il a besoin pour bien fonctionner. Pourquoi nos repas sont bien balancés, bien préparés ne pourraient pas devenir la solution à tous nos maux qui n’arrêtent pas de grandir? Et si notre sortie de secours était plutôt ce que nous mangeons trois fois par jour face à tous nos états d’âme et de corps qui n’en finissent plus.

C’est qu’au Spa Eastman nous avons crée la Cuisine ToniqueMC, une expérience culinaire hors du commun, colorée, savoureuse et énergisante, sans sacrifice sur le plaisir!

Une recette facile

Savez-vous qu’un bouillon d’os à moelle comme le préparait nos arrière-grands-mères, nos grands-mères et peut-être nos mères valait un pot de vitamine et un pot de collagène en plus de coûter moins chers et de goûter meilleur. Il améliore aussi notre qualité de peau puisque c’est remplis de collagène et en calcium, ça hydrate mieux que l’eau (grâce aux électrolytes qu’il contient). Consultez les autres avantages dans ce billet; le collagène, présent dans le bouillon de poulet, pas seulement dans votre pot de crème ! Pour que votre bouillon soit très performant, on vous suggère d’utiliser une carcasse biologique. Il est important de faire mijoter votre bouillon à basse température durant 24 à 48h, de cette façon vos os vont donner tous leurs minéraux au bouillon. Consulter cette recette facile de Bouillon de poulet traditionnel.

Restez connectés